La mode au grand galop

Le monde de l’équitation a toujours eu ses propres codes vestimentaires. Pourtant, les sports équestres influencent la mode de tous les jours.

Le premier exemple est la marque Hermès, spécialiste du cuir et des selles. La marque a ensuite élargi son offre de maroquinerie, mais continue d’exposer des accessoires équestres dans ses vitrines et campagnes de publicité. Elle sort, ce printemps, une nouvelle montre dont le cadran prend la forme d’un étrier. Elle a été dessinée par Ini Archibong, designer californien formé à l’ECAL, à Lausanne.

En 2018, Dior a décidé de rééditer le sac Saddle, en forme de selle de cheval dont le D de Dior représente un étrier. Maria Grazia Churi a remis au goût du jour cet accessoire emblématique. Le nouveau directeur artistique de la marque pour les collections hommes, Kim Jones, en a également présenté une nouvelle version.

Dans un style plutôt cow-boy, on a vu des santiags partout depuis l’automne 2018 : portées avec de longues robes, par exemple, mais qui s’accommodent très bien des jeans aussi. Les franges sont également revenues sur le devant du paddock. On en voit sur les vestes en daim (Coach) et sur les sacs (Longchamp, collections Cavalcade et Amazone, qui incluent même des bananes !).

Mais les clins d’œil hippiques ne se trouvent pas que dans les collections d’accessoires : il y a eu la mise en avant des pantalons slim (démocratisés par Hedi Slimane dès ces débuts chez YSL) et les petites bottines en cuir (boots divers et Chelsea boots ou les bottes en cuir). Cet hiver, l’accessoire contre le froid était le poncho (Louis Vuitton et son défilé dans le désert), qui fait penser aux Amérindiens (ornés de motifs Navarro) ou aux gauchos argentins. Il ne manque plus que le criollo !

Pourquoi l’hippisme inspire-t-il la mode ?

Ce sport est celui de la rigueur, de la précision (les compétitions sont sponsorisées par des marques de montres telles que Rolex ou Longines) et la beauté de la relation cheval-cavalier (on se souvient des félicitations de Steve Guerdat pour Nino, après la médaille d’or des JO de Londres, en 2012). Toutes ces caractéristiques comprennent les notions de prestige et d’élégance. La thématique de la performance reste également importante et l’hippisme combine deux performeurs : l’homme et l’animal.

Cette élégance transparait dans la tenue : un pantalon clair, un blazer bien coupé, une chemise blanche, souvent la cravate. Puis, des matériaux nobles, comme du cuir. Elle est aussi présente grâce au cheval et ses mouvements élancés et gracieux. Ensuite, des couleurs neutres, facilement transposables dans une tenue de travail. Les blouses et blazers font partie intégrante du dressing que l’on porte au bureau.

Enfin, la dimension élitiste de ce sport ne peut que séduire les amoureux du luxe et de l’élégance…

Un commentaire sur “La mode au grand galop

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :