Pour ou contre: le Flygskam ?


L’avion est un moyen de transport certes pratique, mais extrêmement polluant. Pour autant, faut-il avoir honte de le prendre?

Le Flygskam signifie «honte de prendre l’avion pour des raisons environnementales», en suédois. Ce nouveau mot à la mode qui fait écho aux manifestations pour le climat, car l’avion reste une énorme source de pollution sur notre empreinte carbone individuelle. En Suède, cela profite au train, qui a vu sa fréquentation augmenter.

Les chiffres d’EasyJet montrent que les jeunes (14-25 ans) ne sont pas ceux qui consomment le plus. Il s’agit des adultes dès 45 ans qui en font la plus grosse consommation. On assiste donc bien à un problème de prise de conscience, sans culpabiliser personne.

La vraie clé est celle-ci : la prise de conscience. Chacun (cela inclus les industries et les gouvernements aussi!) doit prendre ses responsabilités face à la planète et limiter au maximum son impact. Comment? En réduisant ses déchets, en consommant plus raisonnablement, en prenant moins sa voiture, en mangeant moins de viande, en économisant l’eau et l’électricité. Et en voyageant moins en avion, aussi.

Se rendre compte que l’avion n’est pas bon pour l’avenir de la planète, on le sait (5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre dans le monde). Il faut juste penser à sa manière de consommer le voyage. Deux jours tous les weekends dans une ville différente? Stop. Profitons de découvrir les régions qui nous entourent, en premier lieu. Le train permet de découvrir les paysages, le temps qui passe et la culture (“tagskryt”, en suédois toujours, pour exprimer sa fierté de prendre le train), le trajet faisant vraiment partie du voyage. 

En Suisse, il y a plein de lieux qui méritent le détour: le Creux du Vent (NE), le Blausee (BE), les Alpes, les Grisons, Lucerne, … Et rien n’empêche de prévoir un joli voyage plus long de temps en temps, mais avec parcimonie, car on l’appréciera d’autant plus.

Et si c’est pour le travail ? Franchement, avec les moyens actuels de télécommunications, il est inutile de voyager pour une conférence. Et je ne pense pas qu’à la planète, mais le corps et l’esprit seront reconnaissants de ne pas subir les trajets et jetlags incessants.

Compenser le CO2

Si l’avion reste le seul moyen de faire certains voyages, voici une bonne alternative: compenser le CO2 produit, avec www.co2myclimate.org. Et pour ceux qui disent que c’est trop cher : non, ça ne l’est pas face à l’avenir de la planète et on économisera en ne partant pas à tout bout de champs pour quelques heures.

Un commentaire sur “Pour ou contre: le Flygskam ?

Ajouter un commentaire

  1. Coucou. Je suis d’accord avec toi pour les conférences, surtout celles de la COOP numéro… car au final elle pose plus de problème qu’elle n’en résout.
    Par contre, je ne suis pas d’accord avec toi pour compenser le co2. Selon moi, cela ne fait que culpabiliser les personnes dont certaines ont économisé de longs mois voire des années pour leur rêves. Chaque euro est souvent compté.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :