Rentrée musicale: des chevelus qui foutent les poils

HURTS – Faith

2010, cet été-là, on avait entendu partout la chanson entêtante Wonderful Life et lors de la toute première écoute de cet album, la première plage (Silver Lining) m’avait étonnée par sa ressemblance sonore avec les Depech Mode. Ma première impression a été largement remise en question par le reste des morceaux, sombres et mélodiques, électro et vocaux, enveloppants et détonants, mélancoliques et dansants. J’avais aimé l’opposition entre le nom de l’album et l’austérité de la pochette. Un gros coup de cœur pour ce duo de Manchester qui allie la sophistication british (les costumes, les cheveux gominés) et la pop intelligente, sans devenir trop complexe. Les titres sortis sur l’édition Deluxe valent aussi le coup: chanson de Noël All I Want for Christmas Is New Year’s Day, mais aussi Affair ou Mother Nature.

Depuis le duo a sorti plusieurs albums. Si chacun a un univers visuel propre (Exile, album en noir et en couleurs, Surrender, en rose, puis Desire en rouge, sans compter sur l’évolution des looks du duos), ils sont toujours dans la même veine que le premier, mais sans jamais l’égaler. Parmi mes coups de cœur, notons StayMiracle, Guilt, Lights, Wish ou Ready to go. Ce qui fait la richesse de ce groupe est d’écouter chaque album dans sa totalité pour en comprendre  chaque unité.

Au printemps dernier sortait Voices, chanson qui étonnait avec son intro de guitare entraînante, mais qui mêlait toujours paroles sombres, chœurs grandiloquents et  arrangements musicaux subtils. Un grand coup de cœur qui annonçait un album pour septembre, soit 10 ans après Happiness. Le deuxième single, Suffer, semblait un cran en dessous, reprenant tous les codes de ce qui a fait leur marque de fabrique, avec une impression de déjà-entendu. En juillet, Redemption, ballade piano-voix agrémentée d’arrangements de cordes, nous embarquait dans un monde de douceur. Le morceau  se termine par une épopée sonore digne d’un film, la lande écossaise pourrait sans mal se déployer sous nos yeux. Sublime. À la mi-été, c’est Somebody qui a été publié: couplets saccadés et nerveux, puis envolées lyriques façon hip-hop, bridge murmuré et solo de guitare. On retrouve cet univers électro épuré pour un morceau peu cohérent et quelque peu décevant, qui tombe presque dans la facilité. Ce qui est certain, c’est que l’album ouvre de nombreuses portes et élargit les horizons du groupe. Le bilan de ce cinquième album, Faith, est très positif. Les deux mancuniens surfent sur ce qui a fait sa renommée, mais avec brio : chair de poule sur l’émouvant et intime piano-voix-cordes sur All I have to give, les ambiances sombres et minimalistes accompagnées de percussions sur le très beau Liar, moins de grandiloquence aussi, cet album est plus intimiste et réconfortant. Le chant de Théo Hutchcraft a également pris une nouvelle dimension, plus posée et chantante (notamment Darkest hourWhite horsesou Slave to your love). Plus sombre et moins électronique, cet album est encore un gros coup de cœur pour Hurts que j’admire depuis leurs débuts. Un de leur meilleur opus.

Julien Doré – Aimée

Quatre ans après le génialissime &, l’ex-chanteur à la barrette sort un cinquième album Aimée doux et grave. Il y parle d’écologie, de migrations, de dérèglement du monde, de l’enfance, le tout avec des mélodies solaires et rétro (beaucoup de synthés, par exemple), envoutantes ou dansantes. Le contraste entre le rose de la pochette et la gravité des paroles fait mouche, ces dernières sont  poétiques ou drôles: «tout le monde a quelque chose à dire sur mes cheveux ou le climat», « On s’était promis Venise, mais c’était trop mouillé » ou «Viens, on s’accoude aux étoiles». On adore les chiens – Simone et Jean-Marc – qui «chantent» sur Waf et les chœurs d’enfants sur plusieurs morceaux qui rajoutent en légèreté tout en nous mettant face à la gravité de notre avenir – et du leur. Un album pop et intelligent qui divertit, ça fait un bien fou pour prolonger l’été encore un peu !

A écouter également :

Biffy Clyro, A celebration of endings (2020) – Album au nom prémonitoire au vue des changements amorcés par la crise sanitaire? Le trio écossais a pourtant enregistré bien avant toutes ces péripéties, mais leur univers comprend toujours des paroles plutôt sombres, comme il nous avait habitués avec leurs sept précédents albums. En tout cas, cette invitation à la fête est réussie grâce à des chansons rock (Weird Leisure, très 90’s et taillé pour le live ou End of), mais aussi entrainantes (Instant History , sa batterie et ses sonorités électro) ou émouvantes (Space avec ces cordes). Je me réjouis de les découvrir à l’affiche de festivals pour aller sautiller et balancer ma tête au rythme des riffs ! 

Summer Wine, Alex Kapranos & Clara Luciani (2020) – Reprise franco-écossaise de Summer Wine, qui ramène quelques décennies plus tôt. Si la chanteuse française fait ce qu’elle sait faire – avec classe et douceur -, la traduction n’est pas toujours heureuse (mon vin d’été a toutes ses saveurs en même temps […] je te donnerai du vin d’été…bof), le frontman de Franz Ferdinand – qui maîtrise le français et le chante dans le bridge du morceau (et vin devient vent avec son accent) ! – apporte sa patte; vintage, pop et légère, accompagnée de sa voix rocailleuse à la Nick Cave. Le clip est un petit bijou d’atmosphère rétro (coucou Wes Anderson !), ensoleillée et de kitsch.

Identical, Phoenix (2020) – Première chanson du groupe de Versailles depuis le lumineux (et kitsch) Ti Amo, extrait de la bande-son du prochain film de Sofia Coppola. On reconnait facilement les rythmiques chères au quatuor ainsi que la voix incroyable de Thomas Mars. Toujours dansant, mais plus sombre, ce morceau mêle synthés entêtants, superpositions de sonorités électroniques et dialogues de voix à des octaves différentes qui structurent la chanson. Grande surprise qui ne déçoit pas ! En attendant un futur nouvel album ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :