J’ai testé: le gel douche en poudre

Encore une nouveauté cosmétique testée pour diminuer les déchets que nous produisons. Ici: un gel douche en poudre.

Eliminer l’eau des cosmétiques s’explique par plusieurs raisons: limiter les emballages, réduire les conservateurs et donner l’impression aux clients de fabriquer eux-mêmes leurs propres produits (presque, car dans les faits, il suffit juste de rajouter de l’eau…) 🙂 J’ai déjà adopté les savons solides pour tous les usages (shampoing, douche, vaisselle, …), mais j’étais curieuse.

Le produit testé vient d’une marque française, Juliette, qui propose tous types de cosmétiques et produits d’entretien sous forme de poudre: dentifrices en poudre, gel douche, produit pour le lave-vaisselle, nettoyants pour les vitres, etc… Créée en 2020, l’entreprise fabrique ses produits en Europe, la gamme devrait bientôt s’étendre aux produits pour les bébés.

C’est le pack « gel-douche » que j’ai essayé.

Les bons points:

  • c’est un produit 2-en-1, car on peut également l’utiliser comme savon pour les mains;
  • pas grande fan des parfums, les leurs sont légers et frais (mention spéciale pour fleur d’oranger et coton!) et il existe aussi une version sans parfum (pour peaux sensibles);
  • Certifié « COSMOS Natural » et donc ingrédients en grande partie naturels (99%);
  • la texture! Franchement, on ne peut pas deviner que c’est une poudre qui a été mélangée à de l’eau;
  • vu que l’on garde la bouteille, il y a bien moins de déchet;

Les points à améliorer:

  • les sachets qui contiennent la poudre se jettent aux incinérables (poubelle jaune chez les Français);
  • il n’y a pas d’indications précises concernant l’origine des produits, seulement la mention « fabrication en Europe »…


La marque vend ses propres bouteilles pour contenir les produits, mais il est possible de recycler d’anciennes bouteilles et de les équiper d’un bouton-poussoir. Après cette bonne expérience, j’aimerais bien essayé les pastilles pour le lave-vaisselle (pas simple à faire soi-même) et le dentifrice!

Le blush irisé a changé mon teint

Après avoir été fidèle à deux blushs mats que j’adore, ma routine a été chamboulées par des couleurs pailletées.

Le blush a été, avec le mascara, l’un des premiers produits de beauté que j’ai adopté. Il permettait, facilement, de donner un coup de boost à mon visage, mais de manière naturelle. Pour le choisir, j’étais allée dans l’un corner beauté (le premier de MAC, près de chez moi) et j’avais demandé conseil. Avec un teint plutôt clair, j’avais peur de faire une mauvais sélection et acheter un produit qui ne me correspondait pas. J’ai opté pour le xxxx, que j’utilise depuis plus de 10 ans maintenant! Je l’aime, car

  • Je peux le porter seul et il donne immédiatement une bonne mine;
  • Il n’est pas trop voyant, mais si je n’en porte pas, je me sens fade;
  • Il est simplissime d’utilisation et il n’y a pas besoin d’en mettre des tonnes.

Quelques années plus tard, j’ai reçu une teinte plus rosée, mais toujours mattes (xxx de Sephora). Pas forcément convaincue par la couleur au début, j’ai été séduite après l’avoir testée en hiver. Elle a d’ailleurs été adoptée comme couleur pour les saisons froides, car elle donne un côté « retour du ski » que j’aime bien. En plus, elle se marie parfaitement avec des maquillages dans les tons gris, noirs ou bleus.

Alors pourquoi changer?

Cet hiver, j’ai testé une parlette 2-en-1 de PIXI qui est destinées aux yeux mais aussi aux joues. Au premier coup d’oeil, ces 9 couleurs pailletées et puissantes m’ont déconcertées, car je ne porte pas ses nuances ni sur mes lèvres, ni sur mes yeux. J’ai quand même profité des fêtes de fin d’année pour essayer des maquillages plus colorés et festifs, au point d’en mettre sur mes joues, à la place de mes blush chouchous, et comme highlighter (je n’en possédais pas avant). Et là, révélation: mon teint s’est illuminé! J’ai gagné en clarté, en bonne mine et en glow, après deux coups de pinceau. Pleins de gens m’ont complimentée sur ma bonne mine, me demandant si je revenais de vacances. En définitif, j’ai complètement ajouté ce produit dans ma routine de maquillage, même les jours où je ne me maquille pas.

Cet été, je sais déjà que je ferai un mix entre mon premier blush mat et cette palette, selon mon bronzage et les occasions. Je ne suis pas sûre d’avoir besoin de briller lorsqu’il fait beau et chaud, mais on verra bien, car les teintes restent dans des tons chauds que j’aime bien.

Multi-usage

En plus des joues, j’utilise cette palettes pour les yeux. Les couleurs les plus soutenues fonctionnent bien en fards et les plus clairs sont parfaites pour le coin interne de l’oeil ou sous le sourcil. J’adore la teinte abricot, qui est la plus simple à porter au quotidien, mais les roses sont très sympas et se combinent bien avec les yeux. Pour les fards plus dorés, je les utilise en highlight et c’est parfait, car ils s’allient parfaitement avec les autres couleurs de la palettes. Je peux faire des combinaisons différentes tous les jours et ça m’amuse beaucoup!

Culotte menstruelle: retour d’expérience

Par souci écologique et de confort, j’ai décidé de me mettre aux culottes menstruelles. Bilan

Depuis presque 20 ans (!), je suis réglée. Et cela fait autant d’année de tampons et de serviettes hygiéniques… Dans ma recherche de consommation plus durable, je me suis intéressée aux alternatives possibles pour ce domaine. J’avoue ne pas avoir été attirée par la cup (trop compliquée à utiliser surtout à l’extérieur, difficulté à en trouver dans des matériaux safe) et je n’ai pas toujours eu de bons retours concernant les serviettes lavables.

Je me suis donc décidée pour la culotte menstruelle. J’en ai même trouvé à la Coop! Pratique!

Il s’agit de la marque SelenaCare. Leurs produits sont développés en Autriche et sont fabriqués en Chine (bof, bof), en Allemagne, en Italie, en Pologne et en Ukraine* (mieux, ce serait même top de les avoir faites entièrement en Europe!). La marque propose également des cups, des serviettes réutilisables et des produits de soins.

Ma culotte

Ayant un flux plutôt faible depuis quelques mois, j’ai choisi la culotte pour flux moyens (env. 25 ml), noire avec une petite bande de dentelle pour qu’elle soit jolie quand même. La marque ne propose pas encore beaucoup de modèles, mais cela ne saurait tarder et il est sûrement possible de faire un choix parmi d’autres marques disponibles.

Les points +

J’ai été très surprise par leur confort. La culotte a une taille haute agréable, le tissus est épais mais souple et le rembourrage se fait discret (contrairement à certaines serviettes pour flux importants). On ne remarque quasiment pas, en la portant, de différence. Malgré cela, il est bien absorbant et je n’ai pas remarqué d’odeurs.

Les déchets que ça ne produit pas! et c’est génial, même s’il faut laver le tissus (à l’eau froide à la main, puis en machine à 30°C) et attendre qu’il sèche avant de pouvoir la renfiler. C’est pourquoi il en faut minimum deux (pour les flux légers) et plus si on doit changer plus régulièrement.

Clairement, c’est génial quand on fait du sport. On ne s’en soucie pas, on n’a aucune crainte de fuite ni de tache et c’est vraiment libérateur pour l’esprit. En la portant, je ne pensais plus tout que j’avais mes règles et ça fait une grande différence avec les autres protections testées auparavant.

Les points –

L’organisation que ça demande, mais on prend vite le pas! surtout si on peut faire un roulement, c’est bien plus simple.

Le prix. Mais si on les utilise plusieurs mois/année, je pense que le calcul est vite en faveur des objets réutilisables et lavables 🙂

Ici aussi on parle de vêtements plus durables:

S’habiller durable #3

Envie de nouvelles tenues sans prendre trop de temps à farfouiller dans la seconde-main? Voici une suite des boutiques qui proposent des vêtements plus responsables! Entoure – Entoure est une marque…

Lire la suite

*Je suis du reste à la recherche de culottes Made in Europe 😉

Les 5 articles les plus lus de 2021

Top 5 du blog:

Savon au lait de chèvre: quels bienfaits?

Un savon naturel et hydratant conçu à partir de lait de chèvre? C’est le nouveau produit bien-être que j’ai testé…et approuvé! Avec une peau sensible, les savons et shampoings solides ont une solution depuis déjà plusieurs années. J’en ai testé un certain nombres, artisanaux ou industriels, … Lire la suite

Shampoings solides: mes recommandations

Après une sélection de dentifrices solides, voici un comparatif de shampoings solides. Ayant les cheveux qui ont tendance à regraisser rapidement, c’est un des critères importants pour qu’un produit me plaise et me permette d’espacer les lavages. Depuis que je n’utilise que des shampoings solides, mais … Lire la suite

Avec le(s) confinement(s), porte-on encore des soutiens-gorge?

Avec la généralisation du télétravail, les vêtements confortables ont pris le dessus de notre garde-robe. Les marques l’ont bien compris. Et cela vaut également pour la lingerie. Comme l’illustratrice de BDs, Pénélope Bagieu, le monde a – ou presque – abandonné les vêtements strictes et serrés … Lire la suite

J’ai testé mon premier mascara vegan. Verdict

C’est par hasard, alors que je cherchais un nouveau mascara après avoir fini le mien, que je suis tombée sur cette variante végan, chez Kiko. Je tiens à le dire: je n’ai pas encore le réflexe green pour mes cosmétiques… Je suis plutôt fidèle à quelques … Lire la suite

Apocalipstick

Comme le port du chapeau, le rouge à lèvres revient sur le devant de la scène à chaque crise, comme une sorte de talisman ou de protection que l’on porte sur soi – et à la vue de tous. Avec le port du masque généralisé et … Lire la suite

Les inattendus luxe de l’été 2021

Après le morose été 2020, les marques rivalisent d’imagination pour que nous les embarquions en vacances.

Des objets insolites, il y en a eu (les baguettes chinoises Supreme ou les boules de Noël Prada, par exemple), mais pour les vacances qui arrivent, on entre dans une nouvelle dimension. Les malles LV ne suffisent plus! Comment se démarquer, cet été, et comment faire encore plus de ventes? Les maisons de couture ont décidé de diversifier leurs offres!

Petite sélection non-exhaustive:

  • Versace*: la bouée de plage baroque et les raquettes de ping pong au motif de la méduse (180€ / 195€)
  • Louis Vuitton: la planche de surf aux couleurs ensoleillées, raccord avec son parfum « On the beach » (10’000€ / 225€)
  • Yves Saint Laurent: l’enceinte dorée pour mettre de la bonne ambiance au bord de la piscine (55€, chez Lexon)et toute une gamme de surfs, linges de plage ou visières griffés.
  • Dior: le scooter Vespa redécoré pour visiter la Toscane. N’oubliez pas le casque et le top-case assortis! (prix N/A)
  • Acqua di Parma: un diffuseur de parfum de voiture par la marque de parfum italienne associée au designer Poltrona Frau (150€)
  • Veuve Clicquot: la maison de champagne s’allie à K-Way pour créer un étui – qui se transforme en petit sac – pour garder sa bouteille au frais (60.-)

Belle été à tous, qu’importe ce que contient votre valise!

*De la vaisselle est également disponible, depuis cet été…

Savon au lait de chèvre: quels bienfaits?

Un savon naturel et hydratant conçu à partir de lait de chèvre? C’est le nouveau produit bien-être que j’ai testé…et approuvé!

Avec une peau sensible, les savons et shampoings solides ont une solution depuis déjà plusieurs années. J’en ai testé un certain nombres, artisanaux ou industriels, avec des ingrédients bio ou non, et je ne suis JAMAIS revenue en arrière, car ma peau s’en porte bien mieux!

Récemment, j’ai utilisé un savon au lait de chèvre*, une première!

Il s’agit d’un savon bio, naturel et artisanal de LaSavonnerieBio, fabriqué en Normandie grâce à la la technique de la saponification à froid. Cette technique peu gourmande en énergie permet de garder toutes les propriétés des matières premières, notamment la glycérine, qui nourrit et hydrate.

Particulièrement recommandé pour les peaux sèches ou l’acné, ce savon est composé de lait de chèvre et de miel, mais aussi d’huiles d’olive, de coco bio et de tournesol (toutes bio!) ainsi que de soude. Bien sûr, il ne contient pas d’ingrédients issus de la pétrochimie ni de parfums.

Verdict?

Et bien, j’en suis très contente. Ce savon a trouvé sa place dans la salle de bain et dans ma routine quotidienne.

Les blocs (qui pèsent environ 140 gr.) sont emballés dans de petits sachets en tissus réutilisables, qui sont parfaits pour amener son savon dans sa trousse de voyage. Puisqu’il ne contient pas de parfum, ce savon n’a pas d’odeur particulière lorsqu’il est sec. Mouillé, non plus d’ailleurs. Il mousse peu, mais s’applique facilement sur la peau. Après le rinçage, la peau est douce. Je me rends compte, après quelques jours d’utilisation, que l’épiderme est bien nourri. C’est parfait pour l’été avec le sel et le soleil, mais pourra aussi être très appréciable pendant l’hiver lorsque la peau devient sèche.

Pour le visage, ce savon est aussi facile d’utilisation même s’il ne mousse pas. Sensation agréable pour les peaux sèches ou lors de la période hivernale, je ne suis pas sûre pour les peaux mixtes et grasses…

Utilisation: Les savons solides se conservent au sec. Une fois en cours d’utilisation, il faut penser à les déposer sur un support leur permettant de s’égoutter et de sécher.

La Savonnerie Bio – durable et éthique

La marque poursuit également une démarche éthique. En effet, elle reverse 1% de son chiffre d’affaires à l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque dans le but de soigner des enfants dans le monde entier. Une autre partie de leurs revenus est consacré à la plantation d’arbres.

La Savonnerie Bio propose également des shampoings et de copeaux de lessives, en utilisant les mêmes ingrédients!

*Ce produit m’a été envoyé gratuitement pour test.

J’ai testé mon premier mascara vegan. Verdict

C’est par hasard, alors que je cherchais un nouveau mascara après avoir fini le mien, que je suis tombée sur cette variante végan, chez Kiko.

Je tiens à le dire: je n’ai pas encore le réflexe green pour mes cosmétiques… Je suis plutôt fidèle à quelques produits que j’utilise quotidiennement, sauf pour les mascaras, car je n’ai pas encore trouvé The One… Les cosmétiques responsables/clean/écolo/bio/écoresponsables sont un vaste sujet, intéressant, et pleins de blogs (ici, par là ou là, par exemple) apportent leurs opinions et des éclaircissements sur pleins de marques, durables.

A la recherche du mascara qui remplacerait mon dernier tube, je suis tombée, aux soldes, sur un produit que je ne pensais pas acheter, pour deux raisons:

1) je n’avais pas spécifiquement réfléchis à choisir une marque clean,

2) Je ne savais pas, en me promenant dans Kiko, qu’il y avait de telles gammes dans cette enseigne.

J’ai décidé de tester ce mascara vegan, même s’il ne fait pas partie de la gamme « GREEN ME » de Kiko (dont la composition est naturelle mais contient quand même quelques ingrédients controversés…un super article sur le sujet à lire ici), mais de « KONSCIOUS », une sélection sans ingrédient d’origine animale.

  • Mes cils: Ils sont épais, mais courts.
  • Ce que je recherche dans un mascara: De la longueur et du volume, effet faux-cils même, afin d’ouvrir au maximum le regard.
  • Ce que j’ai testé: Konscious Vegan Volume Mascara
  • Ce que promet le produit: Selon le site de la marque, ce mascara volumateur sans produits d’origine animale « définit les cils avec un effet volumateur modulable » et « intensifier le regard dès le premier passage. » La marque indique aussi que le carton des étuis est biodégradable et compostable. ça semble être la moindre des choses 😉
  • Composition: Glycérine, cire…aucun ingrédient ne provient d’animaux. Il est dépourvu des ingrédients abrasifs comme le polyvinylpyrrolide, l’acétate de phénylmercure, le pentaérythrityle, le quaternium-22, ou les parabènes. On note qu’il comprends des huiles, dont l’huile de ricin, bien connue pour favoriser la pousse des cheveux et cils. J’ai passé la liste des ingrédients au filtre INCI et la majeure partie sont des substances bien notées et sans contre indication. Il comprend néanmoins deux substances chimiques mais notées « satisfaisantes » (VP/HEXADECENE, POLYESTER-5COPOLYMER) ainsi qu’un ingrédient déconseillé car dérivé d’huile minérale (CERA MICROCRISTALLINA). Je pense que dans l’ensemble, on peut en être satisfait, surtout pour un premier achat.
  • Verdict personnel: La brosse est maxi, ce que j’aime bien. Les poils sont épais et permettent d’accrocher tous les cils, même les plus petits. La couleur est bien noire et l’effet volume est là, il n’y a pas d’odeur particulière ni désagréable. Par contre, le produit n’allonge pas assez les cils, pour moi, même si la tenue est bonne et qu’il se démaquille parfaitement à l’eau avec une lingette en microfibres (et donc sans démaquillant) ou avec un peu d’huile. Dernier bémol, le tube…alors bien sûr, il existe peu de tube réutilisable/compostable (en existe-t-il???, ou pour faire sans, il faudrait un mascara solide, so 50’s!).

Autres marques à tester: Couleur caramel, Charlotte Make-up bio, Charlotte Tilbury, Kat von D, Beneco.


Les marques s’y mettent

Les grandes maisons de cosmétiques se rendent bien compte que la tendance est là et va encore gagner du terrain. Par exemple, Guerlain propose, depuis cette année, une nouvelle formule de sa célèbre poudre de soleil Terracota entièrement vegan. D’autres marques devraient donc logiquement suivre…

Apocalipstick

Comme le port du chapeau, le rouge à lèvres revient sur le devant de la scène à chaque crise, comme une sorte de talisman ou de protection que l’on porte sur soi – et à la vue de tous. Avec le port du masque généralisé et la diminution des sorties (télétravail et fermetures des magasins et restaurants dans la majorité des pays européens), ce geste beauté semble avoir été abandonné au profit du maquillage des yeux, toujours visibles, eux.

Se colorer les lèvres avec un bâton de cire pigmentée est le plus ancien et le plus universel des gestes de beauté des femmes et ce, depuis l’Antiquité. Article jugé abordable, le bâton de rouge à lèvres permet aux clients qui le souhaitent de s’offrir une marque prestigieuse. Pour les marques françaises, ce sont plus de 8,1 tonnes à l’exportation en 2019, dont Dior et Chanel. Alors que l’année 2019 avait vu exploser les records de vente de lipsticks, Hermès s’était lancé en mars 2020 en proposant une vingtaine de tubes, rechargeables. La maison Gucci avait sorti sa gamme de make-up quelques mois plus tôt.

Indice rouge à lèvres

Au début des années 2000, Charles Lauder, président du conseil d’administration d’Estée Lauder, a mis au point l’indice rouge à lèvres. Ce concept établit une corrélation inverse entre le niveau d’activité économique et les chiffres des ventes de rouges à lèvres. Cela a notamment été observé lors de la Grande Dépression de 1929 et a ainsi confirmé sa thèse, qui ne semble plus se vérifier aujourd’hui.

En effet, les achats de maquillage étaient stables avant le confinement. Ils se sont ensuite fortement effondrés entre mars et mai. En France, après avoir chuté de 75% durant le confinement, les ventes de rouge à lèvres ont continué leur baisse de -26,4%, depuis le déconfinement. En Suisse, le chiffre d’affaires total de la vente de rouge à lèvres a baissé de 40% entre 2019 et 2020 selon les chiffres fournis par le Panel Nielsen Prestige, leader de la branche.

Les grands groupes ne sont pas épargnés. La division maquillage de L’Oréal affiche un recul à deux chiffres en raison de la crise du Covid-19. Les mesures de protection sanitaire ont fortement impacté le marché du maquillage. Selon son rapport d’activité 2020, le groupe a gagné des parts de marché significatives dans les catégories du soin du cheveu, de la coloration et du soin de la peau.

Pour LVMH, les ventes de parfums et cosmétiques ont diminué de -23% en 2020. LVMH remarque, par exemple, que Benefit a été pénalisé par l’arrêt des services et conseils en boutiques (bars à sourcils). Toutefois, aussi bien Kering que LVMH ou des marques plus populaires déclarent avoir profité du boom du e-commerce, qui a permis d’assurer un chiffre d’affaires en hausse, à la fin de l’année 2020.

Quels sont les cosmétiques qui s’en sortent?

MAC a annoncé que leur crayon à lèvres « Spice » rose cannelle s’est vendu mille fois par jour en 2020, soit  huit fois par heure. Le succès s’explique par le fait qu’il est facile à porter et à mettre, tout en convenant à la plupart des carnations.

«Clairement, en raison du port du masque, les produits long-lasting, no transfer, water/sweat proof (résistant à l’eau et la transpiration) rencontrent un vif intérêt», indique, de son côté, Make Up for Ever. Pour Essie, la gamme Express, qui garanti un séchage ultra-rapide, a été la plus sollicitée.

Pour contrer cette tendance de baisse des ventes, les magasins rivalisent d’inventivité pour proposer de nouvelles marques et ainsi gagner quelques clientes. Manor, par exemple, commercialise les produits colorés, pop et vegan de 3ina, enseigne espagnole produite en Europe et non testée sur les animaux. De son côté, Zalando multiplie les pop-up store virtuels, notamment avec Charlotte Tilbury.

Shampoings solides: mes recommandations

Après une sélection de dentifrices solides, voici un comparatif de shampoings solides.

Ayant les cheveux qui ont tendance à regraisser rapidement, c’est un des critères importants pour qu’un produit me plaise et me permette d’espacer les lavages. Depuis que je n’utilise que des shampoings solides, mais cheveux ont retrouvé leur vigueur, mais ils deviennent moins vite sale aussi. Ils sont moins lourds et brillent plus qu’avec les produits issus de la pétrochimie qui laissaient toujours un voile gras même après plusieurs rinçages!

De plus, ces produits sans emballages sont meilleurs pour la planète et c’est un point essentiel. Souvent, un galet équivaut à plusieurs bouteilles, donc un gain financier est aussi possible 😉 Ici, je ne mentionne que les produits que j’apprécie, que j’utilise régulièrement et qui m’ont plu.

Utilisation: Sur cheveux humides, appliquez directement le pain de savon puis massez pour faire mousser.

NAE (Naturale Antica Erboristeria), « pour usage quotidien » – Cette marque italienne propose un galet au romarin pour tous types de cheveux, végan et avec 100% d’ingrédients d’origine naturelle, certifié bio par EcoCert. Il sent bon, mousse correctement (mais pas trop non plus) et laisse les cheveux propres et doux pour plusieurs jours, même les miens! J’en suis ravie et il est facilement disponible (en Suisse, à CoopCity). Il existe aussi une version purifiante (que je testerai dès que possible) ou réparation. Par contre, il contient du parfum et des sels… Emballé dans un carton, celui-ci se recycle. ****

Lush, « Montalbano » – Lush, c’est le mastodonte des produits sans emballage, mais il permet de faire un premier pas dans cet univers, pour ceux qui ne souhaitent pas sacrifier les odeurs enivrantes, la mousse et les paillettes. Ce shampoing, au citron, est tout conseillé pour mon type de cheveux, et contient aussi du romarin pour apaiser et de l’huile d’olive pour nourrir. J’ai bien aimé aussi son côté assainissant et éclaircissant (grâce au citron), combiné avec le soleil. Je l’utilise donc plutôt l’été pour profiter de tous ces bienfaits. Disponible dans du papier, recyclable, ou sans emballage. ***

Le jardin de Denise, « shampoing solide cheveux gras » – Mon chouchou! Fabriqué artisanalement en Suisse à partir d’ingrédients naturels, il est parfait pour les cheveux qui graissent vite. Il sent super bon (les agrumes) et mousse vraiment beaucoup. Il n’y a vraiment pas besoin de frotter longtemps sur les cheveux mouillés. Le galet dure jusqu’à plusieurs mois alors que je l’utilise deux à trois fois par semaine! Il a réellement amélioré ma qualité de cheveux et a permis d’espacer les shampoings de manière durable. Il est possible de l’acheter brut, dans un petit sachet en tissus ou dans une boîte en métal, pratique, car réutilisable. *****

Naturebox, Huile d’avocat – Quatre variantes solides (amande, coco, avocat ou huile d’argan) vegan et sans parabène de la marque sont disponibles également chez Manor ou CoopCity. Cette version est nourrissante et je l’ai testée sur mes cheveux colorés quand il sont besoin d’un petit extra. Le savon mousse rapidement, ce qui permet de doser l’utilisation. Il n’a pas d’odeur forte, ce qui me plaît (je n’apprécie pas d’avoir les cheveux qui sentent la vanille ou les fruits exotiques…). Il laisse la chevelure brillante pour plusieurs jours, mais pas forcément très douce (surtout les pointes). Le carton d’emballage se recycle. ***

Des marques suisses à tester: Cha (VD), Zizania (VS), Zhandumaya (GE)

Preuve que le marché est vendeur, même DOP et Garnier s’y mettent. La seconde marque propose quatre versions (illuminante à la camomille, revitalisante au gingembre, douceur à l’avoine et reconstituant au miel). Sans savon, sans silicone et sans conservateur, il est conditionné dans un emballage sans plastique, en carton recyclable. Il est disponible à CoopCity.

Autres marques à tester: Christophe Robin, Lamazuma, les savons de Joya

Les 5 articles les plus lus de 2020

Top 5 du blog:

Recettes ayant élargi mon horizon culinaire

Faire la cuisine peut s’avérer être un hobby sympa, mais aussi une manière de consommer différemment et mieux. Petit tour d’horizon de recettes glanées au fur et à mesure de mes lectures. Bon appétit ! Des livres de cuisine, j’en ai finalement très peu*. Comme pour les … Lire la suite

Le maquillage retombe en enfance

Enfant, qui ne s’est jamais fait les ongles avec du Stabilo? Une french-manucure avec du correcteur blanc ou du rouge à lèvres avec du Neocolor? Lire la suite

Se mettre dans l’ambiance des fêtes

Même s’il est difficile de planifier les semaines à venir, il est tout à fait possible de se préparer à l’ambiance des fêtes de fin d’année ! Pour certains (dont moi), c’est même nécessaire à leur bien-être ! Noël approche et en cette période mouvementée, un peu de … Lire la suite

La coiffure phare du défilé Chanel est ma coiffure de tous les jours !

Quel n’a pas été mon étonnement en découvrant le défilé Chanel pour l’hiver prochain! Quelle simplicité dans les tenues et les coiffures ! A copier d’urgence (et facilement). A part les collants monogrammés, toutes les pièces présentées sont des basiques facilement disponible dans nos armoires (shorts noirs, blouse blanche, … Lire la suite

Tout ce que j’aime porter en été

Devant ma penderie, pour choisir des vêtements pour aller travailler, dans l’air déjà chaud du matin, je me suis rendue compte que je n’aimais pas m’habiller durant l’été, car rien n’est plus confortable qu’un short et un top léger, glissé à l’intérieur, pour supporter la chaleur. … Lire la suite