Oui à la mode confortable !

Le confinement a dû jouer un rôle dans les nouvelles tendances modes. Tour d’horizon.

A force de rester chez soi et de limiter le nombre de vêtements portés, les marques ont dû réfléchir au moyen de confectionner des pièces tendances qui soient aussi agréables à enfiler. Et comment être sûr que ça reste chic? Dior a lancé sa première collection de homewear, nommée Dior chez moi. Si ça, c’est pas une preuve!

Ballerines – Hedi Slimane les remet au goût du jour chez Celine. Pour son défilé, les bombers, les brassières de sport, les jeans droits et les ballerines composaient le parfait vestiaire de l’étudiante branchée et bourgeoise. On peut donc ressortir sans culpabilité les paires que l’on portait à la fin de notre scolarité!

Depuis plusieurs hivers, les boots, santiags et autres bottes plates ont la côte. Et elles vont parfaitement avec des vêtements casual confortables ! ah, et on n’oublie pas les baskets, pour un style streetwear. Autre preuve de la tendance du plat? Les modeuses s’arrachent les mocassins Chanel. Et Gucci en propose de nombreux modèles aussi.

Pantalons larges – Exit les slims, place aux pantalons à pince et mom-jeans. Chanel, Proensa Schouler, Louis Vuitton, Celine ou Fendi les ont déjà adoptés, comme les modeuses et celles qui travaillent depuis chez elles. Toutes ont un point commun : ne plus être serrées dans ses tenues. Et on a même vu des leggings sur le défilé Chanel Métiers d’art…

Robe-pull – Cet hybride, qui allie confort et élégance, se porte en toutes occasions, il suffit de bien l’accessoiriser. Boots et collants pour la journée, escarpins et blazer pour le soir. J.W. Anderson, Mango ou Other Stories en proposent des modèles.

Gros pulls (torsadés) et cardigans – Ces chouchous des temps froids reviennent en force. On peut les rentrer dans le pantalon, ou non. Les cardigans se portent à même la peau, comme un pull, ou par-dessus un crop-top ou un col roulé. Surtout, on reste au chaud!

Le sac le plus simple du monde est le it-bag de l’été + autres futilités estivales

Voici les news indispensables à toutes conversations estivales futiles. C’est cadeau!

Le sac de plage en raphia fait partie des indispensables de l’été. Souvent grand, il est léger, pratique, facile à porter grâce à ses anses et sa couleur se marie avec n’importe quelle tenue ou linge de bain. Bref, c’est l’objet qui résume assez bien une journée à la plage. La plupart des commerces en proposent à tous les prix et dans toutes les tailles. Et donc, quasiment tout le monde en possède un. Avec chance, les créateurs ont décidé que ce sac serait un des éléments forts de cet été 2020. Et on applaudit avec joie, car, pour une fois, pas besoin de se ruiner pour être in. Enfin, si vous en avez envie – et les moyens – certaines marques ont créé le leur: Loewe et Chloé en proposent avec des empiècements en cuir, très chic. Chanel en avait proposé il y a quelques années et le vintage est toujours à la mode 😉 (et il reste toujours le Baci de Jacquemus, pour une version plus couture/XXL/mini/fun (rayer la mention inutile)).

Et sinon, quoi de neuf?

Pendant le semi-confinement, vous vous êtes mis au sport et vous avez fait des économies? Louis Vuitton a tout prévu pour votre revenge shopping: des accessoires sportifs griffés. On y trouve des altères, des raquettes de tennis ou de ping-pong et même une corde à sauter monogrammés. Mais est-ce vraiment chic?

Pour la plage, Chanel a présenté (lors de sa collection croisière, en vidéo) des tongs couture. Oui, oui, les deux termes peuvent être associés…mais on ne l’avait jamais imaginé…et notons que la collection est durable et créée à partir de chutes de tissus.

Et si on veut du durable pour son chez-soi? Depuis la création du label il y a 15 ans, American Vintage a accumulé un stock considérable de chutes de tissus et d’anciennes collections, comme la plupart des marques. Pour réduire le gaspillage – considéré comme l’un des principaux fléaux de l’industrie  la griffe s’est jointe à une association de femmes tisseuses du Moyen Atlas, au cœur du Maroc. Le but ? Revaloriser les chutes de tissus de ses précédentes collections, en les transformant en tapis boucherouite. Historiquement, ces tapis étaient confectionnés pour isoler du froid les habitations berbères. Le tapis boucherouite est composé de morceaux de tissus usés ou anciens, noués les uns sur les autres, dont naissent des motifs géométriques et abstraits très colorés.Pour le printemps, la marque American Vintage s’est associée à une coopérative de femmes tisseuses du Moyen Atlas, au Maroc, pour donner une seconde vie aux vêtements et aux chutes de tissus invendus. Ces tapis boucherouite upcyclés uniques, signés American Vintage, seront vendus sur le site de la griffe depuis le 26 mars dernier avec des prix commençant à 350 euros. 

On continue dans l’univers de la décoration d’intérieur. Versace, connu pour ses imprimés flamboyants et rococo, ajoute une corde à son arc. La marque italienne propose ses motifs phares sur des papiers peints. A recommander à ceux qui on un ameublement minimalisme…sinon on ne distinguera plus rien entre les meubles et les murs…pour d’autres styles, Sézanne et d’autres marques ont créé leur propre collection home.

Et pour ceux qui aurait une âme d’artiste, on se penche sur la collaboration du printemps: c’est déjà la troisième entre la maison de couleurs genevoise Caran d’Ache et le styliste britannique Paul Smith. Après les stylos, voici la boîte – toute en sobriété – de six crayons aquarelles reprenant les couleurs pastels chères au couturier (on remarque rapidement un magnifique vert menthe, par exemple).

A lire: futilités d’automne 2019

Médias : Lectures qui rythment le quotidien

La lecture est une de mes passions. Il n’existe pas un jour où je ne lis pas. La plupart du temps, ce sont des articles – divers et variés – que je dévores. Voici une sélection des plus fréquents.

Cuisine :

  • J’adore lire les recettes de cuisine de Tommaso Melilli, chef franco-italien, qui propose toujours des idées originales, faciles, de saison et qui donnent affreusement envie. En plus de la marche à suivre, il y a toujours des anecdotes sympas qu’il raconte dans ses textes. Chaque article paraissait le vendredi et j’étais chaque semaine impatiente de découvrir son plat. Depuis la fin de la série « Spaghettis wars », ses articles sortent aléatoirement mais c’est toujours une bonne surprise d’en découvrir un nouveau !
  • Je reçois la newsletter du NewYorkTimes et elle est géniale ! Toutes les idées sont cool et différentes de ce que l’on a l’habitude de voir en Europe. Je déplore juste la grande quantité de féculents, il est parfois pas facile de trouver une recette qui n’en contienne pas…mais c’est une belle source d’inspiration pour des idées nouvelles et pas trop compliquées et leur compte Instagram est vraiment top.
  • Food52 est un webzine qui parle lifestyle et notamment beaucoup de nourriture et de cuisine. Une de ses rubriques est géniale, car l’auteure teste toutes les manières possibles de cuisiner un ingrédient (par exemple,  cuire des blancs de poulet, frire un œuf ou réaliser une purée de pommes-de-terre). Les articles d’Ella Quittner sont presque des rapports scientifiques où elle explique ses techniques, ses résultats et les compare. En plus de donner des informations utiles, ces textes sont drôles tout comme les photos détaillant chaque manière de faire.

Relations : 

  • C’est la newsletter-star du NYT : Modern love, ou le courrier du cœur à la sauce 21ème siècle. On y parle de tout type de relations : amoureuses, amitiés, parents-enfants, fraternelles, épistolaires, virtuelle, animalière, etc… Il y a aussi une rubrique mariage avec des histoires de couples hors du commun et foultitude d’articles qui conseillent ou mettent en lumière des enjeux de la vie de tous les jours. Le succès est tel qu’une série tirée de toutes ces histoires a même vu le jour ! D’autres reportages sont également disponibles dont le témoignage d’une créatrice de robes de mariée qui explique comment elle a chois la sienne 😉

Actu :

  • Les newsletters d’Heidi.news. J’adore et puisqu’elles sont envoyées de différentes villes du monde, elles permettent de découvrir des médias méconnus ou des sujets lointains. C’est un réel bon petit tour d’horizon matinal pour savoir ce qui se passe de par la planète.

Pop-culture :

  • Slate.fr propose plusieurs chroniques hebdomadaires qui traitent de pop-culture. Il y a celle sur les séries (cultes, mais aussi TOUTES les nouveautés). C’est fou ce que les deux auteures connaissent sur quasiment tous les épisodes de toutes les séries. Une autre résume les épisodes de Top Chef sur M6, avec pleins de gifs pour illustrer les événements marquants de la soirée.

Chroniques : 

  • La vie à 25 ans, le Temps – Cette chronique sort le mercredi, une semaine sur deux, et je suis toujours impatiente lorsque c’est sa semaine de sortie, car elle me rappelle toujours des souvenirs de mon enfance/adolescence/trois derniers jours. Parfois, suivant l’actu, je me surprend à avoir eu une réaction similaire à la chroniqueuse. C’est drôle, frais, avec pleins de références aux 90’s et 00’s.
  • Au bout du lac, le Temps – C’est la chronique d’Alexis Favre, le producteur de l’émission Infrarouge. Il écrit très bien, sur des sujets d’actu, avec beaucoup de pertinence et un peu d’humour. C’est court, vivant, intéressant tout en laissant place à la réflexion personnelle. Tous les vendredis dans le quotidien.
  • Sophie Fontanel dans le Nouvel Obs – Elle chronique sur la mode de manière pertinente, malicieuse et experte. Chaque texte est un petit bonbon lucide sur un monde futile, mais ô combien mystérieux et passionnant. Qu’elle témoigne de la fin du magasin Barney’s à New York avec tristesse et sans fard ou qu’elle liste ses envies de fin de confinement, le ton est juste, sérieux, subtile, drôle et terriblement d’actualité.

Blogs :

  • Mango&salt – Envie de vintage, de plantes, de recettes saines et d’écologie ? C’est par ici ! Le tout accompagné d’idées de lectures, de podcast et de films/séries.
  • What Olivia Did – La britannique nous emmène dans son univers fait de mode, de lectures, de voyages et de bons plans. Mention spéciale à ses articles sur la préparation de son mariage ! et ses playlists pour tous les moments de la vie.
  • New Darlings – Un blog écrit à quatre mains (les auteurs sont un couple) sur différentes thématiques : décoration d’intérieur, écologie, beauté, maternité…le tout avec de superbes photos aux teintes chaleureuses (normal, ils vivent en Arizona)
  • L’occhio di Lucie – Ici sont compilées les anecdotes et les recettes d’une française qui vit en Italie. C’est tout simplement dépaysant et permet une réflexion sur les différences culturelles avec nos voisins.
  • Mode and the city – Fan de looks preppy, de couleurs automnales, de Noël et de clean beauty, alors il faut se rendre sur ce blog. Mention spéciale aux articles concernant l’organisation de mariage; c’est exactement tout ce que j’ai sur mon moodboard!

Podcast Love

Quand la lecture prend trop d’énergie, on peut faire travailler ses oreilles. C’est aussi agréable lorsque l’on est occupé, mais pas forcément très concentré. Bref, une nouvelle manière d’écouter la radio. 

La Poudre (Nouvelles Ecoutes) – Les entretiens menés par Lauren Bastide (que j’avais découverte au Grand Journal) font la part belle aux interlocutrices qui échangent sur leur vision de la société et leur domaine d’activité. La conversation est enregistrée depuis une chambre d’hôtel, ce qui donne une vraie ambiance intimiste. Ces conversations se révèlent drôles, touchantes, poignantes ou révoltantes, mais elles sont toujours bienveillantes et instructives. Le format est bon, car la conversation a vraiment le temps de se mettre en place et de se développer la thématique sans être frustrante à cause des limites temporelles. Episodes préférés : Leila Slimani, Sophie Fontanel, Inna Modja, Imany, …

Brise-Glace (Le Temps) – Le postulat de départ est alléchant : demander aux gens ce que l’on n’ose pas leur demander. Pendant une trentaine de minutes, la personne interrogée s’exprime sur un sujet qu’elle a vécu, quasiment sans interruption de la journaliste, ce qui rend l’écoute plus intime. On y parle de sujets peu abordés mais pourtant du quotidien, parfois tabous, mais sans pathos, au contraire. Les interlocuteurs sont passionnants et racontent leur vie avec pudeur. Episodes préférés : La femme au foyer, Le monsieur en EMS, La parentalité, Les proches aidants, et tous les autres !

Boomerang (France Inter) – Boomerang est une vraie émission de radio, mais son format interpelle pour le service public. Une trentaine de minutes d’entretien avec un acteur du monde culturel français ou international. Comédiens, stylistes, musiciens, artistes entre autres se succèdent au micro d’Augustin Trapenard (également découvert dans le Grand Journal) et répondent à ses questions qui mélangent philosophie, réflexions personnelles et actualités, toujours de manière habile. L’introduction de l’invité est toujours d’une grande qualité. Episodes préférés : Chimamanda Ngozie Adichie, Mona Chollet, Stéphane Eicher, Isabelle Marant, Simon Porte Jacquemus, Sophie Fontanel, Michel Pastoureau, Alison Wheeler …

David Tennant does a podcast with…  – Pourquoi écouter ce podcast? 1) Pour David Tennant, génial acteur écossais qui a joué aussi bien du Shakespear que dans Harry Potter ou Doctor Who, 2) pour son accent incroyable, 3) pour découvrir un peu mieux l’univers du cinéma et du théâtre, mais pas seulement (Gordon Brown, ancien Premier Ministre a été invité). Grâce à ses conversations et à leurs nombreuses digressions, on améliore rapidement sa compréhension orale de l’anglais et le ton est totalement britannique et sympa. Ça nous change. Épisodes préférés : Olivia Coleman (avec qui il a joué dans Broadchurch), «Everyone» (extra-edition).

Ecosse Toujours – «Jeter les clichés au fond d’un Loch», voici le postulat de ce podcast qui aborde différentes facettes du pays, de la nourriture au Brexit, en passant par les us et coutumes, la météo, l’histoire ou les personnalités qui façonnent l’Ecosse. C’est instructif, drôle, passionnant et permet de voyager avec les oreilles. Episodes préférés : celui dans une cuisine autour d’un repas typique! Miam! Et celui sur les langues gaéliques.

Vlan! – Ce podcast proposé par Grégory Pouy. Il traite à chaque semaine d’une problématique sociétale actuelle avec un expert  (chercheurs, anthropologues, journalistes, marketers…) pour réfléchir sur le thème choisi. Si les thèmes peuvent parfois sembler pointus, les discussions ne le sont pas tant et on se plonge facilement dans l’échange. Certains épisodes sont proposés en anglais. Episode préféré : la culpabilisation écologique.

Dior Talks – L’annonce a été faite après la Fashion Week : la maison de couture dirigée par Maria Grazia Chiuri lance son podcast. Une première. L’objectif est d’inviter des designers, des artistes ou des collaborateurs afin de parler de sujets sociétaux et d’art. Disponibles sur le site de Dior, les épisodes durent une trentaine de minutes, un bon format. Pour le moment, ce sont des femmes qui ont été invitées et elles parlent de leurs expériences dans la société, mais aussi dans le monde artistique, leurs inspirations, leur voix, leurs décisions… Épisode préféré : le premier, avec Maria Grazia Chiuri dans les Jardins du Luxembourg, puis dans son bureau. Hâte de découvrir la suite!

Plus bio la vie – Un podcast de Slate.fr qui fait la part belle à l’écologie pour évoquer des idées et des solutions pour consommer mieux et plus intelligemment. Le format est court (une vingtaine de minutes), facile à écouter pour nous donner envie de faire des efforts pour notre environnement. Épisode préféré : le zéro-déchet, les clés pour y arriver, avec pleins d’astuces pratiques pour ceux qui n’osaient pas se lancer…et pleins d’épisodes vont sûrement encore sortir, donc on se réjouit !

A poêle! – Fan de gastronomie? Voici un podcast qui donne faim! Il donne surtout la parole à des chef-fes qui ont tous pleins de choses à raconter à propos de leur métier-passion. On y apprend d’ailleurs beaucoup sur leur parcours respectifs pas toujours linéaires… en plus, les établissements de chacun sont répertoriés s’il nous prenait l’envie d’aller goûter pour de vrai à leurs plats. Et les quelques épisodes bonus sont à apprécier comme des bonbons. Episodes préféré: Juan Arbalaez, Michel Sarran, Refugee food festival…

Aimer l’automne

Ma saison préférée. Voici pourquoi.

Courge – En tarte, en gratin, en cake, en soupe et même en boisson, la courge se déguste aussi bien salée que sucrée. En plus, une seule cucurbitacée permet de réaliser plusieurs mets, par exemple le plat et le dessert ! Avec un soupçon de cannelle, c’est un régal. Ou coupée grossièrement, enduite de vinaigre balsamique et d’oignons, puis cuite au four, c’est parfait aussi. En confiture avec de la vanille, c’est possible également.

Châtaignes – Deuxième coup de cœur culinaire de l’automne ! Je fais des réserves de purée et crème de marrons. Délicieux en desserts, sur des crêpes et même en glace (j’ai essayé d’en faire en été mais impossible de trouver la matière première, ce qui est peut-être rassurant).

Arbres – Les feuilles prennent des couleurs chatoyantes, du jaune au rouge, et grâce à elle, on oublie la monotonie de la météo. Puis, lorsqu’elles tombent, des tapis orangers se retrouvent sur les chemins, superbe même s’il est conseillé de faire attention si elles sont humides afin de ne pas glisser. Mon arbre préféré ? Le liquidambar, magnifique. 

Écharpes – Il recommence à faire frais, l’occasion de ressortir collants, bottines et écharpes toutes douces avec nos robes d’été. La légèreté est encore de mise, mais attention à ne pas attraper froid. 

Chasse – Attention, je ne chasse pas moi-même, mais ceci est mon troisième péché mignon culinaire. Et même si on n’apprécie pas la viande, toutes les garnitures sont délicieuses: poires au sirop et confiture d’airelles, marrons chauds, purée, sauce aux champignons, spätzlis et légumes racines.

Boissons chaudes – J’ai mentionné que l’on pouvait boire de la courge, avec le pumpkin chai latte. Deux de mes choses préférées (la courge et le thé chai) combinées en une seule. J’ai découvert cette boisson chez Starbucks (cette année, elle était même annoncée pour le 27 août, date anticipée, mais je ne m’y rends plus depuis plusieurs années pour des raisons de durabilité et depuis que j’ai trouvé comment le faire moi-même) qui nécessite de préparer une purée de courge sucrée avec de la cannelle, un café et de mélanger les deux avec du lait (de vache ou végétal). A cette période, n’importe quel thé épicé fait également l’affaire.

Feux de cheminée – Un rêve de petite fille réalisé. Qu’il est confortable d’écouter crépiter les bûches en se détendant avec un bon livre. Un feu de cheminée, c’est un tout : un spectacle mouvant qui remplace n’importe quel film, une odeur qui sent bon le cosy, une chaleur enveloppante et une ambiance chaleureuse. En plus, profiter de ramasser des branches mortes en forêt est une bonne activité en plein air, qui ne coûte rien, est utile et ne prend pas trop de temps.

Vernis à ongles parfaits pour l’automne: Pour les ongles, OPI lance une collection inspirée de l’Ecosse. Entre les nuances de landes brumeuses et celles des kilts, les teintes chaudes ou froides sont possibles et rehausse la grisaille ambiante. Malheureusement cette collection n’est pas aussi sublime que celle sur l’Islande (qui date de l’automne 2017) et dont toutes les couleurs –originales – étaient parfaites pour la saison. Quelques autres vernis parfais pour l’automne : «Organdi» de Mavala, «Less is norse», «This isn’t Greenland» et «Yank my Doodle» d’OPI, «Ballet slippers», «Crunch time» d’Essi

Films pour l’automne: Pourquoi pas le dernier Woody Allen (A rainy day in New York) afin de ne pas sortir dans le froid et l’humidité? Sinon, Le Grand Budapest Hotel de Wes Anderson dont les couleurs feront du bien et refléteront celles des arbres qui se préparent pour l’hiver.

L’art de ne rien faire

Dans un monde ultra-connecté et toujours en mouvement, prendre soin de soi même est devenu vital. Pour ne pas culpabiliser à ne rien faire, de nombreuses formes d’épanouissement personnelles venant du nord se sont donc retrouvées sur le devant de la scène afin de nous prouver que ce besoin n’était de loin pas de la paresse.

On connaissait le Hygge danois, le Lagrom suédois, le Cosagach écossais ou le Sisu finnois, toutes des méthodes de philosophie du bonheur venant du nord. Le climat et les températures plutôt rudes permettent la diversification des penchants à prendre soin de soi, au chaud. Toutes ces tendances cosy qui ont mis sur un piédestal les activités telles que prendre un bain plein de mousse, lire emmitouflé dans un plaid, allumer des bougies parfumées partout dans l’appartement et rester cloîtré chez soi en bonne compagnie avec des petits plats longuement mijotés.
Place maintenant au Niksen hollandais ou l’art de prendre du temps pour soi. Signifiant littéralement «ne rien faire», ce nouveau mouvement bien-être est un concept très répandu aux Pays-Bas qui consiste à ne rien faire pendant ses jours de congés. On prend alors le temps de se ressourcer et de décompresser, car tous ces moyens de se chouchouter partent du même constat: nous devons prendre du temps pour nous, voire nous ennuyer. L’idée est de se blottir dans un plaid, avec une boisson chaude et un feu de cheminée qui crépite (au lieu du son de la télévision). C’est une bonne image, mais elle n’est peut-être pas si facile à réaliser (pour la cheminée, surtout).

Vivre durablement
Le Lagom –qui signifie «ni trop, ni trop peu» en suédois -, prône une façon de vivre moins consumériste. On cuisine, on profite de la nature et on célèbre les expériences plutôt que les objets. Cela passe par la décoration minimalisme scandinave, les pauses «fika» (goûter) ou la méditation, chez soi ou en extérieur.
La meilleure chose dans ces tendances, c’est qu’elles nous permettent de ne rien faire et de ne pas culpabiliser de ces moments où l’on ne fait rien. On en a le droit et la sur-stimulation de nos corps et esprit n’est pas saine. Il est nécessaire de nous déconnecter et de nous ressourcer. Et profitez-en ! Surtout si ces pratiques sont millénaires et traditionnelles.

Du zéro-déchet dans ma salle de bain

Du zéro déchet dans ma salle de bain

Alors que la commune de Carouge organise des ateliers zéro-déchet pour réduire de 30% le total des détritus incinérés d’ici 2020. Mais passer au zéro-déchet peut faire peur. Alors pourquoi ne pas commencer pièce par pièce ? C’est ce que j’ai commencé à faire et on se rend vite compte que ce n’est pas si difficile.

Je m’intéresse à l’écologie depuis longtemps et le zéro-déchet m’a toujours paru être une belle initiative que j’aimerais pouvoir appliquer au maximum. Pour que ce soit vraiment efficace et que les changements s’installent durablement, j’ai décidé de m’y mettre petit à petit. Pour cela, il fallait un début et ça a été la salle de bain.

En premier, les bouteilles de gels douches et shampoings ont été remplacées par des savons solides (pour moi) et par un maxi-format (pour lui, rempli grâce à des recharges, déjà un progrès). Moi qui avait la peau sensible (et qui ne supportait plus ces odeurs tenaces et artificielles), elle me dit maintenant merci et mes cheveux sont bien plus beaux depuis que je n’utilise plus d’après-shampoing.

Ensuite, j’ai arrêté d’acheter des cotons démaquillants pour les remplacer par des lingettes démaquillantes en microfibres, qui se lavent à la machine. Et même plus besoin d’acheter du démaquillant, tout le maquillage reste accroché sur le tissus ! et pour le dissolvant à ongles ? J’utilise la bouteille avec éponge intégrée à l’intérieur (Bourgeois) qui me dure bien plus longtemps qu’un flacon classique. Pour l’épilation, il est désormais possible d’utiliser de la cire sans bande ou avec des bandes en textile, lavables. 

En Suisse, les tubes de dentifrices ne sont pas tous emballés. Ouf. J’ai quand même voulu essayer le dentifrice en poudre, dans une petite boîte (réutilisable). Moins de menthol, mais sinon, je n’ai pas vu de différence concernant l’hygiène. Il reste à trouver du dentifrice solide.

Concernant le nettoyage*, les tissus (qui passent à la machine) ont remplacé les éponges et le mélange de savon noir et vinaigre blanc pour remplacer les produits chimiques. Un évier boucher? Vinaigre + eau bouillante + bicarbonate de soude. D’ailleurs, le bicarbonate peut être aussi utilisé comme shampoing sec ou comme masque pour le visage (mélangé avec de l’eau ou du jus de citron).

Au final, ça peut sembler peu, mais la quantité de déchets a déjà bien diminué. Ces changements ne sont pas trop difficile à faire et on prend rapidement ces nouvelles habitudes.

*Pareil pour nettoyer la cuisine et les vitres.