Mo(n)de d’après

Alors que la mode doit se réinventer en raison de la pandémie (shows en petits comités*, mises en scène qui respectent la distanciation** ou entièrement digitaux***) ou de l’impact environnemental (Coach réutilise des matériaux des précédentes collections pour en proposer une nouvelle et limiter le gaspillage de ressources), les marques décident de se diversifier, car le cocooning et la décoration d’intérieur ont la côte !

Alors que les décennies 40’s, 50’s et 90’s sont au cœur des tendances de cet automne, on peut se demander si la « mode d’après » ne ressemblerait pas fortement à celle « d’avant »…Toutefois, il existe des initiatives plus vertes, plus inclusives et plus sensées depuis quelques mois.

Le confinement est passé par là et le confort de son chez-soi a marqué tout le monde. Dioramour, c’est le nom d’une collection de décoration de la maison Dior qui comprend service à thé, carnets, bougie et coussins en toile de Jouy. Si la marque proposait déjà des bougies, elle étoffe encore son univers pour la maison. Une autre maison parisienne, Balmain, collabore avec  Cire Trudon pour créer une bougie. Deux versions sont disponibles: 270 grammes ou 2,8 kg ! De quoi réchauffer les soirées d’automne qui se profilent. Elles sentent le bois de cèdre, le cigare et la rose. Et si le charme baroque italien est votre tasse de thé, Versace a réalisé papiers peints avec ses motifs iconiques. Peut-être vaut-il mieux faire appel à un professionnel pour poser cette tapisserie de luxe… Des options plus abordables sont aussi de la partie. H&M et le British Museum ont collaboré pour créer une collection de vases, coussins, vaisselle et petites décorations fleuries et so british ! Dévoilée mi-septembre, elle devrait régaler les fans de motifs intemporels et classique.

Côté vêtements, pour son défilé, Dior a choisi de présenter une collection de vêtements confortables; pantalons amples, robe-pull, etc. Grâce à l’option «COS Resells», lancée par COS, une des sous-marques d’H&M, les clients pourront revendre leurs vieux vêtements de la marque en ligne ce mois en Allemagne et au Royaume-Uni. Zalando propose depuis cette semaine en Allemagne et en Espagne une rubrique «pre-owned» où l’utilisateur peut envoyer gratuitement les vêtements usagés à Zalando contre des crédits à faire valoir sur la plateforme ou pour en faire don à des organisations d’aide.

Les défilés marchent vers une nouvelle ère

Les mastodontes français que sont Dior, Chanel et Louis Vuitton avaient promis des événements physiques, plutôt intimistes. Notons que les maisons telles que Gucci, Saint Laurent ou Bottega Venetta avaient déjà annoncé qu’elles ne participeraient pas aux festivités des Fashion Weeks de septembre. Une manière de réorganiser le calendrier qui proposait le nombre faramineux de six collections (deux saisons femme, deux saisons homme, une pre-fall et une croisière) par année ? Afin de limiter le gaspillage au maximum, certaines marques choisissent que chaque pièce sera produite en nombre limité (Burberry, Coach) et sera ensuite vendue directement à l’issue du show, dans la limite des stocks.

Depuis quelques temps, les cuirs exotiques sont aussi abandonnés (une enquête du NYTimes revient dessus). Burberry, Versace, Mulberry ou Prada avaient déjà pris cette décision avant la pandémie, pour limiter le trafic d’animaux. Parmi d’autres initiatives vertes, le Coq Sportif lance une collection 100% végétale, fabriquée à partir de résidus de raisin (non utilisés, après extraction des jus pour la production du vin ou de la grappa) et de liège. Pionnière dans le mode durable, Stella McCartney, elle, propose une première collection unisexe et Nike a créé une gamme pour femmes enceintes. Autre signe que les temps changent, Fendi a fait défilé hommes et femmes de tous âges et de toutes origines ensemble. Ou simple solution pour palier à l’absence des stars des podiums à cause de la pandémie ?

*Max Mara, Jason Wu, Versace (septembre)

**Jacquemus, Balmain (printemps)

*** Burberry, Missoni (septembre), Gucci, Dior (printemps)

Consommer moins et mieux: comment détourner ses produits de maquillage? et comment la technologie peut aider à choisir?

Dans l’objectif de réduire les biens de consommation, la salle de bain semblait l’étape la plus simple. C’était sans compter sur les produits de maquillage qui s’additionnent facilement sur la coiffeuse…j’ai alors découvert des produits 2-en1 et multiplié les usages de certains autres.

Deux sélections, pour celles et ceux qui ne supportent pas de ne pas suivre les étiquettes…

Les produits multi-usages :

  • Lip’n’tint de Guerlain – Ce sublime petit flacon recèle un gel rose qui se dépose aussi bien sur les joues, les lèvres et les paupières. Parfait pour un petit éclat de fraicheur durant l’été, par contre, attention à bien laisser sécher le produit sur la bouche ! Le goût n’est pas très agréable…
  • Huile de coco – Elle fait tout, comme n’importe quelle autre huile : elle hydrate, démaquille, etc. Un must-have de la salle de bain zéro-déchet !
  • Glow-to-go de Clarins – Un bâtonnet à deux embouts, l’un est un blush, l’autre un highlighter et les deux sont coordonnés afin de donner bonne mine !

Les détournements :

  • Pour le correcteur – Sous l’anticerne, certains ont besoin de correcteur orangé pour diminuer les cernes. Un rouge à lèvres fait parfaitement l’affaire, il suffit de choisir le modèle selon la teinte des cernes. Pour les cernes violets, les oranges, légèrement pailletés, font parfaitement l’affaire !
  • Pour l’eye-liner – En prélevant avec un pinceau une goutte de mascara, on peut facilement dessiner un trait de liner. Les mascaras colorés, parfois difficiles à porter sur les cils, trouvent ainsi une deuxième vie !
  • Pour les sourcils – C’est une astuce qui a été vue partout sur TikTok : prélever du savon avec une brosse à mascara (propre !) pour lisser et fixer les poils des sourcils.
  • Pour la BB Crème – Mélanger une noisette de crème de jour et de fond de teint et on obtient une couvrance légère et hydratante pour le visage.
  • Pour le blush – Ce rouge à lèvres ne convient pas à votre bouche ? Ou au contraire, on souhaite un accord avec ses pommettes ? Le rouge à lèvres peut se faire passer pour un fard à joue crème. On étale au doigt pour un rendu flou et c’est tout !
  • Pour l’highlighter – Un fard à paupières clair et pailleté peut facilement remplacer l’enlumineur. Un rose pâle ou un beige, par exemple, mettent en lumière les coins externes de l’œil, le haut des pommettes et l’arête du nez.

Réalité virtuelle & beauté

Sinon, les technologies de la réalité virtuelle permettent de tester les produits depuis chez soi avant achat. Nouvelle couleur de cheveux? On peut se tourner vers Garnier qui, à l’aide d’une photo, sélectionne les teintures correspondants à notre teint. La marque Redken fait de même et la technologie fonctionne aussi en vidéo-selfie. Si la couleur ne suffit pas et que l’on veut changer de coupe, il faut se tourner vers l’outil de Schwartkopf (il est même possible de télécharger les images de cette nouvelle tête!). En plus des cheveux, L’Oréal propose la simulation de produits de maquillage. Chanel permet de tester sa collection de lipstick et MAC permet d’essayer les couleurs pour les yeuxet les lèvres. Benefit surf sur son expertise des sourcils pour déterminer la forme à leur donner! L’app la plus complète semble être celle de Maybelline qui regroupe cinq outils pour le fond de teint, le maquillage ou les sourcils. Et les ongles? Et bien, c’est aussi possible avec OPI; On peut choisir la forme, la longueur et la couleur de nos ongles avant d’en changer.

Podcast Love

Quand la lecture prend trop d’énergie, on peut faire travailler ses oreilles. C’est aussi agréable lorsque l’on est occupé, mais pas forcément très concentré. Bref, une nouvelle manière d’écouter la radio. 

La Poudre (Nouvelles Ecoutes) – Les entretiens menés par Lauren Bastide (que j’avais découverte au Grand Journal) font la part belle aux interlocutrices qui échangent sur leur vision de la société et leur domaine d’activité. La conversation est enregistrée depuis une chambre d’hôtel, ce qui donne une vraie ambiance intimiste. Ces conversations se révèlent drôles, touchantes, poignantes ou révoltantes, mais elles sont toujours bienveillantes et instructives. Le format est bon, car la conversation a vraiment le temps de se mettre en place et de se développer la thématique sans être frustrante à cause des limites temporelles. Episodes préférés : Leila Slimani, Sophie Fontanel, Inna Modja, Imany, …

Brise-Glace (Le Temps) – Le postulat de départ est alléchant : demander aux gens ce que l’on n’ose pas leur demander. Pendant une trentaine de minutes, la personne interrogée s’exprime sur un sujet qu’elle a vécu, quasiment sans interruption de la journaliste, ce qui rend l’écoute plus intime. On y parle de sujets peu abordés mais pourtant du quotidien, parfois tabous, mais sans pathos, au contraire. Les interlocuteurs sont passionnants et racontent leur vie avec pudeur. Episodes préférés : La femme au foyer, Le monsieur en EMS, La parentalité, Les proches aidants, et tous les autres !

Boomerang (France Inter) – Boomerang est une vraie émission de radio, mais son format interpelle pour le service public. Une trentaine de minutes d’entretien avec un acteur du monde culturel français ou international. Comédiens, stylistes, musiciens, artistes entre autres se succèdent au micro d’Augustin Trapenard (également découvert dans le Grand Journal) et répondent à ses questions qui mélangent philosophie, réflexions personnelles et actualités, toujours de manière habile. L’introduction de l’invité est toujours d’une grande qualité. Episodes préférés : Chimamanda Ngozie Adichie, Mona Chollet, Stéphane Eicher, Isabelle Marant, Simon Porte Jacquemus, Sophie Fontanel, Michel Pastoureau, Alison Wheeler …

David Tennant does a podcast with…  – Pourquoi écouter ce podcast? 1) Pour David Tennant, génial acteur écossais qui a joué aussi bien du Shakespear que dans Harry Potter ou Doctor Who, 2) pour son accent incroyable, 3) pour découvrir un peu mieux l’univers du cinéma et du théâtre, mais pas seulement (Gordon Brown, ancien Premier Ministre a été invité). Grâce à ses conversations et à leurs nombreuses digressions, on améliore rapidement sa compréhension orale de l’anglais et le ton est totalement britannique et sympa. Ça nous change. Épisodes préférés : Olivia Coleman (avec qui il a joué dans Broadchurch), «Everyone» (extra-edition).

Ecosse Toujours – «Jeter les clichés au fond d’un Loch», voici le postulat de ce podcast qui aborde différentes facettes du pays, de la nourriture au Brexit, en passant par les us et coutumes, la météo, l’histoire ou les personnalités qui façonnent l’Ecosse. C’est instructif, drôle, passionnant et permet de voyager avec les oreilles. Episodes préférés : celui dans une cuisine autour d’un repas typique! Miam! Et celui sur les langues gaéliques.

Vlan! – Ce podcast proposé par Grégory Pouy. Il traite à chaque semaine d’une problématique sociétale actuelle avec un expert  (chercheurs, anthropologues, journalistes, marketers…) pour réfléchir sur le thème choisi. Si les thèmes peuvent parfois sembler pointus, les discussions ne le sont pas tant et on se plonge facilement dans l’échange. Certains épisodes sont proposés en anglais. Episode préféré : la culpabilisation écologique.

Dior Talks – L’annonce a été faite après la Fashion Week : la maison de couture dirigée par Maria Grazia Chiuri lance son podcast. Une première. L’objectif est d’inviter des designers, des artistes ou des collaborateurs afin de parler de sujets sociétaux et d’art. Disponibles sur le site de Dior, les épisodes durent une trentaine de minutes, un bon format. Pour le moment, ce sont des femmes qui ont été invitées et elles parlent de leurs expériences dans la société, mais aussi dans le monde artistique, leurs inspirations, leur voix, leurs décisions… Épisode préféré : le premier, avec Maria Grazia Chiuri dans les Jardins du Luxembourg, puis dans son bureau. Hâte de découvrir la suite!

Plus bio la vie – Un podcast de Slate.fr qui fait la part belle à l’écologie pour évoquer des idées et des solutions pour consommer mieux et plus intelligemment. Le format est court (une vingtaine de minutes), facile à écouter pour nous donner envie de faire des efforts pour notre environnement. Épisode préféré : le zéro-déchet, les clés pour y arriver, avec pleins d’astuces pratiques pour ceux qui n’osaient pas se lancer…et pleins d’épisodes vont sûrement encore sortir, donc on se réjouit !

A poêle! – Fan de gastronomie? Voici un podcast qui donne faim! Il donne surtout la parole à des chef-fes qui ont tous pleins de choses à raconter à propos de leur métier-passion. On y apprend d’ailleurs beaucoup sur leur parcours respectifs pas toujours linéaires… en plus, les établissements de chacun sont répertoriés s’il nous prenait l’envie d’aller goûter pour de vrai à leurs plats. Et les quelques épisodes bonus sont à apprécier comme des bonbons. Episodes préféré: Juan Arbalaez, Michel Sarran, Refugee food festival…

Mode et pop-culture: pari gagnant

Après un jeu d’arcade, le maroquinier se différencie de la concurrence grâce à la pop-culture, passée et présente.

On se retrouve en pleine « fashion geek » ! Depuis novembre passé, Louis Vuitton permet aux joueurs du jeu-vidéo League of Legends d’habiller leurs personnages avec des créations de la marque de luxe française. Bien entendu, ces vêtements existent dans la vraie vie et il est possible d’acheter ces produits via la même plateforme (tiens, tiens, n’avons-nous pas déjà vu cela quelque part ?). De nouvelles tenues, dessinées par Nicolas Ghesquière, le Directeur artistique de la marque, devraient être disponibles durant le premier semestre de 2020.

Mais le styliste n’en est pas à son coup d’essai dans le monde de la fiction. Pour sa campagne 2020, il a mis en scène ses effigies (Alicia Vikander, Léa Seydoux ou Emma Roberts, entre autres) dans des décors rappelant des livres fantastiques des années 1980 (on sent l’influence de la réussite de Stranger Things, non ?!). Sur ces fausses couvertures, se côtoient les vêtements, mais aussi de mystérieuses créatures, des maisons hantées, des couleurs fluo propres à cette décennie ou des légendes flippantes, le tout dans une ambiance horrifique et rétro.

Séduire les millenials

Il faut croire que cette manière de séduire les clients – plutôt jeunes et connectés – rencontre le succès, car d’autres maisons de luxe se prêtent au jeu. Pour Gucci, par exemple, c’est sous la forme d’une application mobile au design pixellisé vintage. Ralph Lauren, lui, invite à découvrir sa collection printemps 2020 avec une affiche rappelant un roman de gare à l’eau de rose, avec photographies nostalgiques et couleurs sépia.

Achats en ligne: comment les rendre moins polluants?

Acheter en un clic n’est pas sans conséquence pour la planète… Comment réduire cette pollution?

La première solution serait de complètement se passer des Amazon, Zalando, Farfetch et autres sites de e-commerce. Si on ne peut vraiment pas faire sans, voici quelques améliorations – faciles – à apporter.

App EyeFitU – Cette application suisse, créée en 2012, permet de réduire les allers-retours des paquets de vêtements. Comment ? Grâce à un algorithme, elle permet de savoir quelle taille d’habits nous correspond selon la marque (car oui, différentes enseignes ne taillent pas de la même manière…). Donc si on commande directement la bonne taille, plus besoin de renvoyer le colis (et on évite ainsi des émissions de CO2). Simple et utile. Facile d’utilisation, on rentre nos différentes mensurations dans l’app et hop, on saura si c’est du M ou du L qu’il faut choisir.

Magic Tomato – Pour des courses alimentaires locales et respectueuses de l’environnement, commandez sur Magic Tomato. Tout vient du canton de Genève et alentours et est livré à la maison dans la journée par vélos ou véhicules électriques et dans des contenants réutilisables. C’est surtout très pratique pour les céréales, les pâtes et fruits secs dont on ne connait pas toujours la provenance. C’est simple et la qualité est là, pour un prix qui permet de rétribuer les producteurs correctement. Les alternatives comme Farmy.ch, Karibou.ch ou la Ruche qui dit oui sont également disponibles en Suisse et respectent une traçabilité et une provenance locale.

Les jeux ludiques et sérieux

Je ne suis pas une grande accro de jeux sur téléphone. Néanmoins, deux m’ont tapé dans l’œil !

J’avoue avoir téléchargé Neko Atsume et adoré nourrir ces petits chats pendant quelques semaines. Mais dès que tous les félins spéciaux (mes préférés étant Ramses The Great et  Bob The Cat) étaient passés par mon jardin, l’excitation du début a vite chuté. Voilà pourquoi je me suis rabattue sur d’autres jeux, bien différents.

Virtual Regatta – Tout le monde de la voile réunit dans mon téléphone (ou sur un ordinateur). Alors que le départ de la Transat Jacques Vabre (qui relie Le Havre en France à Salvador de Bahia au Brésil) a été donné le 27 octobre dernier, ce jeu est parfait pour tous les aspirants navigateurs qui veulent un jeu sérieux et ludique et intéressant. Cartes météo en direct, changements de voiles, passage de bouées, position des navigateurs réels ; tout y est. Avec une interface qui fait très pro, régler son bateau devient un vrai boulot et on se prend vite au jeu d’analyser la direction des vents et des courants. Virtual Regatta me rappelle pleins de souvenirs de sorties en bateau, les embruns en moins. Cela permet aussi de se rendre compte des distances (le Vendée Globe est le meilleur exemple) et de mieux comprendre les conditions de navigation des marins (des fois, on n’avance pas et c’est long, parfois les côtes sont proches et il faut être vigilants).

Drest – Du lèche-vitrine virtuel, mais avec un petit truc en plus. Dans Drest, il ne suffit pas de piocher parmi les vêtements et accessoires de marques de luxe reconnues. Il faut savoir les associer pour créer des looks tendance grâce à des challenges (s’inspirer du défilé Rodarte 2016, recréer un look à la Alexandre McQueen, par exemple) afin de gagner des points et de passer les niveaux (on commence en tant que stagiaire). On peut donc cultiver son «œil mode». J’aime la manière un peu pointue de voir la mode grâce aux défis quotidiens et c’est sympa de le faire avec les vêtements du moment. Autant dire que l’on peut porter les créations les plus en vogue sans rien débourser ou presque, car tous les produits redirigent vers le site Farfetch, pour nous faire acheter, en vrai, cette fois-ci.

Trucs pour briller en société: automne 2019

Voici les news indispensables à toutes conversations futiles. C’est cadeau!

Des petites laines pour chiens – Oui, Eric Bompard, la célèbre marque de pulls en cashmere propose, cette saison, une gamme de vêtements pour que notre toutou n’ait pas froid. La collaboration Pringle of Scotland x H&M propose une gamme de mailles et de pièces sportwear (composée de polyester recyclé, de laine et de coton biologique) et elle n’oublie pas les compagnons à quatre pattes, car deux modèles de pull sont déclinés pour chien. Ce sera toujours mieux que ces vestons matelassés aux couleurs criardes et autres tissus monogrammées… Heureusement, je suis propriétaire d’un chat!

Des livres pour la table basse – Au printemps dernier, Kourtney Kardashian ouvrait son site lifestyle sur lequel elle distille des conseils pour la vie de tous les jours (ironie). Exemple parmi d’autres, elle a sélectionné des livres, pas pour les lire, mais qui sauront augmenter le potentiel déco de notre intérieur. Oui, des livres uniquement pour leur couverture. Je reste convaincue que des livres moches peuvent être des pépites, mais bon, ici n’est pas le propos. Alors j’ai aussi fait une sélection: «Looking for Lenin» de Niels Ackerman, les livres de cuisine «Peru» de Gastón Acurio ou «Savourez» de Nadine Levy Redzepi, le magazine «Flow»…

Odeur de journal – Le quotidien romand s’est associé au parfumeur Alberto Morillas (Maître Parfumeur chez Firmenich (CK One ou Gucci Bloom, entre autres) et Mizensir) pour créer une bougie parfumée. Au prix de 82 francs, le bénéfice des ventes sera versé à Race for Water, une ONG qui œuvre à la protection des océans.

Calendrier de l’Avent glamour – Pour ces fêtes de fin d’année, la maison de joaillerie Tiffany propose pour la première fois un calendrier de l’Avent pour patienter jusqu’aux cadeaux du Père Noël. Au prix de 12’000 dollars, il comprend des bijoux de la griffe, mais aussi une bougie, un gobelet en argent ou un parfum. Edité qu’en quatre exemplaires, le calendrier mesure 1m20 et nécessite d’être livré et installé par la marque.  Ou comment nous faire consommer encore plus dans une période propice aux excès…

Jeux vidéo de luxeAprès celui de Louis Vuitton, Burberry se lance dans le mini-jeu vidéo. Nommé B Bounce, il met en scène une petite biche qu’il faut habiller d’une doudoune de la marque puis la faire sauter de plateforme en plateforme. Certains bonds (500 mètres et 1500 mètres) donnent un code qui permet de faire partie d’un tirage au sort afin de gagner lesdites doudounes du jeu (en virtuel, pour habiller ses selfies (oui, oui) ou en vrai). A noter qu’il n’est pas possible de participer au concours depuis la Suisse… 

Tags : mode, deco, perso

Pour ou contre : le jeu d’arcade Louis Vuitton

Le DA de Louis Vuitton a créé un jeu vidéo. Rafraîchissant.

Virgil Abloh, le directeur artistique pour les collections homme de Louis Vuitton, est un touche-à-tout. En plus de s’occuper de sa propre marque, Off-White, de jouer les DJ et de travailler sur diverses collaborations, il a créé un jeu vidéo siglé: Endless Runner. Le but? Passer des obstacles et récupérer des logos LV ainsi que d’autres fleurs fétiches du maroquinier pour gagner des points et récupérer des vies. 

Si le style (16-bit) et la mission restent basiques, rappelant les premières générations de jeux vidéo, le concept est sympa et on se prend rapidement au jeu, surtout qu’il est possible de jeter des sacs (le modèle n’a pas été identifié) pour récupérer des points monogrammés. Très drôle.

Avec ce divertissement rétro, la maison de couture et de maroquinerie dépoussière encore un peu plus son image. On peut se demander si le côté vintage de ce passe-temps rate la cible des Millenials, mais il peut conquérir les nostalgique des jeux d’arcade à coup sûr.

Pour ou contre : les sacs connectés Louis Vuitton ?

Lors de la présentation de sa collection croisière, le maroquinier français a fait défiler des sacs équipés d’écrans…

Dans un lieu surprenant et futuriste – une ancienne hall de l’aéroport JFK de New-York réhabilitée en hôtel de luxe -, Nicolas Ghesquière a présenté la collection croisière de Louis Vuitton 2020. Parmi les pièces du défilé, des prototypes de sacs munis d’écrans digitaux. Les modèles Speedy et Duffle de la marque sont conçu avec la technologie «Royole» qui permet de doter le sac de plusieurs écrans souples, permettant ainsi une personnalisation illimitée. Les écrans pouvant accueillir tous types de contenus photo et vidéo.

Si ces nouveaux modèles montrent bien le pas dans la modernité que fait la maroquinier, ne va-t-il pas trop loin ? Pas sûr, car ici, la technologie n’est pas conçue comme un vecteur de connectivité. Il n’est (pour l’instant) pas question de téléphoner ou surfer depuis son sac. Cette nouveauté doit être vue comme un moyen d’individualiser son sac à main. Mais a-t-on vraiment envie de se promener avec la photo de son chien/de ses enfants/de ses vacances ou de diffuser le dernier clip à la mode ? car rien n’est moins sûr que chaque propriétaire soit inventif et original dans son idée de la personnalisation…